Meet & Greet avec Bart Defoort

01 jun 2020

Tous les deux mois, nous vous proposerons dorénavant de faire la connaissance d'une personnnalité liée à l'orchestre, qu'elle soit sur scène ou en coulisses. Aujourd'hui c'est Bart Defoort (saxophone).

Depuis quand fais-tu partie du BJO ?

Je joue dans l'orchestre depuis ses tout débuts, en 1993.

Quel est ton rôle exact dans l'orchestre ?

Je joue du sax ténor, du sax soprano et de la clarinette.

Comment et pourquoi as-tu choisi ton instrument / ton rôle dans l'orchestre ?

Tous simplement parce que c'est le rôle qu'on m'a proposé d'assurer lorsque l'orchestre s'est monté et que j'étais, tout comme les autres musiciens présents au début, très enthousiaste à l'idée de pouvoir en faire un bon orchestre. Entretemps, 27 ans ont passé, je suis toujours là et toujours aussi animé par cette envie de pratiquer de la bonne musique ensemble. Le plaisir de jouer, mais aussi d'être avec mes collègues, est intact. Le BJO, c'est vraiment du serious fun !

Que fait-tu quand tu ne joues pas avec le BJO ?

J'anime quelques petites formations de jazz, pour lesquelles je compose et avec qui j'ai déjà publié 5 albums. Je rejoins également d'autres orchestres, mais comme sideman. J'ai aussi une charge de cours : j'enseigne le saxophone et l'ensemble jazz au Conservatoire de Gand (le KASK).

Quel est le projet, cette saison, qui te motive le plus ?

Je suis très excité par le projet 'WOW' (We Orchestrate Words). Dieter Limbourg a composé des trucs tellement groovy, et je me réjouis d'échanger avec les autres artistes qui joueront et chanteront avec nous lors de ces concerts.

 

"Sa musique, ses arrangements et son jeu à la trompette m'ont souvent flanqué la chair de poule. J'ai le sentiment que l'orchestre a connu beaucoup de moments magiques lors des projets avec Bert Joris." - Bart Defoort.

 

Quel est ton meilleur souvenir avec le BJO ?

C'est compliqué de choisir, il y a tant de super souvenirs sur scène. Mais aussi en dehors (rires). Il y a bien entendu les nombreuses collaborations internationales que nous avons initiées ainsi que les tournées. Mais j'ai quand même un faible pour tous les projets que nous avons menés en compagnies de Bert Joris : sa musique, ses arrangements et son jeu à la trompette m'ont souvent flanqué la chair de poule. J'ai le sentiment que l'orchestre a connu beaucoup de moments magiques lors des projets avec Bert.

Quel CD/disque en streaming/émission de radio écoutes-tu en particulier pour l'instant ?

J'adore le CD de Grant Stewart, 'Plays the Music of Duke Ellington and Billy Strayhorn'. Grant est l'un de mes saxophonistes préférés pour l'instant.

Qui rêves-tu de convier à jouer avec le BJO et pourquoi ?

J'adorerais qu'on fasse quelque chose avec quelqu'un comme Kurt Rosenwinkel. C'est un guitariste phénoménal et un extraordinaire compositeur. Il jongle avec plusieurs styles très variés, et il a également une très fine connaissance de l'histoire du jazz.

Comment vis-tu, comme musicien, cette période particulière du Covid 19 ?

J'essaie de garder un mental positif dans cette situation vraiment bizarre, en ces temps de "non-live" dont nous ne voyons malheureusement pas encore le bout. Je continue à pratiquer mon instrument, je fais de longues ballades en Forêt de Soignes et je participe à des jam sessions. Mais je rêve évidemment de pouvoir jouer avec eux en live, dès que possible. De manière non virtuelle cette fois !