We Have A Dream

En 2018, cela fera 50 ans que Martin Luther King a été assassiné. Le Brussels Jazz Orchestra souhaite célébrer sa mémoire avec un projet musical qui traitera des droits de l’homme. We have a dream est composé de morceaux venant de la pop, du rock, de la soul et du jazz. Les arrangements sont, quant à eux, inédits. Tutu Puoane, la chanteuse anversoise aux racines sud-africaines, chantera le poing levé, pour le respect des droits humains, quels qu’ils soient. 

Musique et droits de l’homme ont toujours été intimement liés. Les protestsongs contre l’esclavage, contre la guerre et pour l’égalité des droits ont parsemé l’histoire de la musique depuis des siècles. Qu’il s’agisse du blues, du reggae, du folk, du rock, du hiphop ou du jazz, tous les genres semblent se prêter à merveille à l’exercice. Même Beethoven s’y était mis : son Hymne à la Joie a été conçu comme une ode à la fraternité humaine. Frank Vaganée et Tutu Puoane se sont plongés dans leur collection de disques. Ils en ont extrait leurs protestsongs préférées. De Stevie Wonder à Marvin Gaye, de Nina Simone à Sting, de Rod Stewart à Donny Hathaway : chacune des oeuvres évoque l'injustice, la coercition ou les inégalités. Pour terminer par un clin d'oeil : "It's not easy being green", une chanson de... Kermit !

En coproduction avec deSingel (Anvers) et en coopération avec Amnesty International.

Tutu Puoane